samedi 5 mai 2012

-453°-


Il s'avère que mes craintes relatives au fait que je délaisse mes amis pour mon couple n'avaient pas lieu d'être. Car lorsque ma relation avec Jérémy semblait être arrivée à un terme, j'ai immédiatement pu compter sur le soutien de mes proches. Soufian, John, Emilie, mes deux frères, tous étaient prêts à m'écouter et à m'aider pour surmonter cette épreuve. Tous également étaient surpris, tant ma relation avec Jérémy semblait se porter à merveilles. On ne souhaite pas ennuyer les autres avec ses problèmes, on préfère se fier qu'à soi-même, on veut maintenir intacte l'image qu'ont les autres de nous... Les raisons qui nous poussent à cacher certains épisodes sombres de notre vie peuvent être multiples. Mais lorsque Jérémy a déclaré les mots de la fin, je ne pouvais faire autrement qu'exposer nos blessures à ceux que j'aime. Désirer la perfection est tentant et facile. Aimer quelqu'un dénué de défauts ne présente aucun mérite. La preuve d'un amour véritable est d'aimer l'autre en dépit de ses failles et apprendre à les accepter. L'amour est un combat et ce qui en signe la fin est que les protagonistes baissent les bras. Nos caractères opposés peuvent causer une légère averse d'escalader en une tempête destructrice. Néanmoins, je n'étais pas prêt à abandonner.

Vendredi, vers 09:10, quelque chose m'a retiré de mon sommeil. La conscience encore légèrement endormie, j'ai levé la tête et j'ai aperçu une silhouette. Je n'ai pas eu peur, car elle m'était familière. Je ne savais simplement pas déterminer de qui il s'agissait. Jusqu'à ce que j'entende sa voix. Les mots me manquant que trop souvent, j'avais mis à plat toutes mes pensées la veille dans un email. Jérémy l'a lu et a décidé de me revenir, dès le lendemain matin. Et juste comme ça, notre histoire a repris où nous l'avions laissée. Nos retrouvailles ont donné à cette journée une saveur toute particulière. Après s'être retrouvés, nous avons été nous balader à Louvain-la-Neuve, nous sommes allés nous promener autour du lac de Genval et nous avons terminé la journée autour d'un excellent repas en compagnie de sa famille. Et nous ne nous sommes plus quittés. Dimanche, mardi, jeudi... Ayant eu un aperçu de la vie séparée, la distance semble peser encore davantage.

Néanmoins, j'ai un mémoire à écrire et des amitiés que je ne souhaite pas perdre de vue. Samedi soir, je me suis rendu à Bruxelles pour fêter l'anniversaire d'Emilie. L'occasion de rencontrer son Jacques, mais également ses amies, Hélène et Pauline. Il aura suffit d'une soirée pour que des liens se tissent avec ces nouvelles personnes. Me déhanchant sur la piste de danse avec les filles, j'ai passé un excellent moment. Quelques jours plus tard, je suis revenu à la capitale, cette fois pour voir des amis plus anciens, John et Théo. Nous avons fait une énorme promenade autour de la ville, l'occasion de parler de tout et de rien, l'occasion surtout de se rattraper sur les événements de nos vies respectives. Et puis mercredi, c'est Abir que j'ai revue après son évasion au Maroc. Une amitié plus ancienne encore, d'autant plus précieuse. Moyennant un rythme quelque peu effréné, peut-être peut-on finalement avoir tout: l'amour, les amis et le succès dans les études. I'm very lucky.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire