vendredi 12 août 2011

-352°-


Initialement publié le vendredi 11 mars 2011

Pee, next to the tree, with me, Gine, PC, love me, what time is it, drinking, I'm talking like the professor of Strategy, chérie, Charlie, normally I can do it so easily, happy, throwing out of the windowe, hoque... Voilà les quelques éléments dont je me rappelle de ma soirée passée chez Abir avec une bouteille de Gin et une autre de Schweppes tonic. Après les rebondissements des derniers jours, j'avais besoin d'un petit remontant. Il se trouve que, ce faisant, Abir et moi avons découvert ce que c'est que d'être véritablement saoul. Des rires jusqu'à en étouffer, une perte de la coordination des mouvements, quelques trous noirs. Une chose cependant n'a pas échappé à notre mémoire: Plus jamais de Gin tonic!

Lundi était une chouette journée. Le séminaire d'accompagnement au mémoire en compagnie d'Abir et Lauranne s'est suivi d'un déjeuner au restaurant universitaire à l'occasion duquel j'ai pu prendre des nouvelles de mon amie désormais en option RH. Nous nous sommes ensuite séparés, Lauranne ayant du travail, Abir voulant visiter la "Job fair", pour après nous retrouver au séminaire d'actualité où nous avions un invité relativement spécial. Et alors que Lauranne préparait le dictaphone pour enregistrer la conférence pour une Wendy en vacances, Abir et moi discutions la taille disproportionnée de la tête de l'homme politique se tenant devant nous, certifiant ainsi que certaines choses ne changeront jamais, telle notre aptitude à trouver de l'amusement dans n'importe quelle situation.

Deux jours plus tard, je me suis rendu compte qu'une autre chose ne changera jamais: les mecs. Tout comme Justin qui me l'avait dit par texto, j'étais excité à l'idée de passer le mercredi après-midi en sa compagnie au studio, à regarder l'un ou l'autre DVD. Il s'avère que son excitation s'est très vite éteinte, Justin ayant annulé le jour-même sans même donner une explication. Quoique, il a donné une explication partielle, notamment que l'on pourrait se voir le lendemain lorsque j'étais à Bruxelles avec Abir. C'est donc ce que nous avons fait, jeudi après-midi nous avons rejoint Justin et son ami bruyant Kevin à la rue neuve. Un drôle de ménage à quatre au cours duquel j'en ai appris davantage sur ce dernier que sur Justin. Il semblerait qu'il refuse de sacrifier du temps pour le passer avec moi lorsqu'il peut le passer avec ses amis. Peut-être devrais-je en faire autant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire